• CACHER MES DECHIRURES

     

     

    Cacher mes déchirures

     

    Cacher mes déchirures,

    Murmurer mes hurlements,

    Nier mes blessures,

    Pour qu'eux ne puissent voir mes tourmants

    Continuer les faux semblants,

    Faire que mes soupirs deviennent rires,

    Contourner les jours sanglants,

    Pour qu'eux croient en l'avenir

    M'obliger à m'éveiller le matin,

    Ouvrir les yeux sur un monde en folie,

    Ne plus chercher sans cesse ta main,

    Pour qu'eux continuent leur vie.

    Cette vie, cette survie je leur dois.

    Cadeau qui me retient ici-bas.

    Mais cet amour qui fait loi

    Prend naissance entre mes bras.

    Quand dans leurs yeux je vois

    Ce je ne sais quoi

    Qui me rattache à cette terre.

    Mon coeur espère.

    Je ne puis regarder en arrière,

    Ce chemin parcouru avec mes galères.

    Eux, ont grandis et fonder leurs familles.

    Moi, solitaire, je songe sous la pluie.

                                                                                         MC.L

     

     


    4 commentaires
  •  

    DIX ANS DEJA

    Dix ans déjà...

    DIX ANS DEJA

    Où es-tu dans cette immensité ?

    Où es-tu, toi que j'ai tant aimé ...

    Tu n'as pas fini de me manquer.

    Mon coeur est trop déchiré.

    DIX ANS DEJA

    Pourquoi t'en es-tu allé ?

    Je ne peux que continuer à te pleurer.

    Un jour, j'en suis sûre,

    Je le sais, je vais te retrouver.

    DIX ANS DEJA

    De ta douceur, de ton sourire,

    Notre amour vit toujours.

    Le temps passe, rien ne s'efface.

    Dix ans déjà que cette douleur déchire mon coeur.

    DIX ANS DEJA

    A toi, pour toi, et pour toujours,

    Tu resteras pour l'éternité, mon ange gardien.

    Protèges-moi de ce grand tourment.

    Tu seras toujours mon grand chagrin.

    DIX ANS DEJA

    Je t'ai aimé, je t'aime et toujours je t'aimerai.

                                                                     MC.L

     

     

    Coupez le son du blog, à gauche, rubrique : MUSIQUE


    5 commentaires
  • LA PLUME DOREE

     

     

    LA PLUME DOREE

    LA PLUME DOREE

    Me voici devant ma page blanche.

    Par quoi commencer ? Ma plume est hésitante.

    Un porte-plume à la main,

    Je pense à ce que sera demain.

    LA PLUME DOREE

    Je plonge ma plume Sergent Major dorée

    Dans l'encre violette de l'encrier.

    Elle cherche les mots qui pourraient m'apaiser.

    Ma plume veut se poser.

    LA PLUME DOREE

    Emportée dans l'univers de mes pensées,

    Elle devine la douleur secrète au fond de moi.

    Celle de mes maux délabrés,

    Qui parcourent mon esprit si froid.

    LA PLUME DOREE

    Elle cherche à s'amarrer sur cette page.

    Ne trouver que des mots sages,

    Ceux qui m'offriront le bonheur

    Et gommeront mes peurs.

    LA PLUME DOREE

    Elle se décide à glisser sur le papier blanc,

    Et péniblement, s'exprimer pour puiser le négatif.

    Elle souhaiterait chasser dans son élan

    Cette douleur envahissante, d'un revers furtif.

                            LA PLUME DOREE                        

     


    2 commentaires
  • L’image contient peut-être : fleur

    MAMAN

    9 mois déjà que tu t'es envolée ....

    Une date qui me hante.

    Je n'oublierai jamais cette journée horrible .

    Aujourd'hui nous fêterions ton anniversaire.

    Une date que je n'oubliais jamais.

    Tu étais si heureuse de nous avoir près de toi

    Pour une journée mémorable.

    Je vois ton sourire illuminer ton visage,

    tout comme si tu te trouvais près de moi.

    Ces belles fleurs sont pour toi,

    Tu les aimaient beaucoup...

    TU ME MANQUE TANT MAMAN.

                                                                 M.C.L

     

    Aucun texte alternatif disponible.Aucun texte alternatif disponible.


    5 commentaires
  • Le départ d'une Mère

    Elle n'est plus celle qu'on aime 

    Sans jalousie et sans chagrins, 

    Que nous trouvons toujours la même 

    Sous des cieux tristes ou sereins.

    Le départ d'une Mère

    Celle vers qui l'on va répandre 

    Tout ce qu'on souffre de douleurs, 

    Qui les plaint, qui sait les comprendre 

    Et mêle ses pleurs à nos pleurs.

    Le départ d'une Mère

    Celle dont le sein nous accueille, 

    Qui ne peut nous en repousser, 

    Et qui tremble comme une feuille 

    Au coup qui vient nous menacer.

    Le départ d'une Mère

    Celle qui vit dans sa tendresse, 

    Qui n'existe que pour chérir, 

    Et dont le regard nous caresse 

    À l'instant qu'elle va mourir.

    Le départ d'une Mère

    Celle qui depuis mon enfance 

    Veillait au repos de mes jours, 

    Qui fut ma première défense, 

    Dont j'étais les derniers amours.

    Le départ d'une Mère

    Elle ne peut m'être rendue, 

    Je ne saurais la retrouver, 

    À moins qu'à ma mère perdue 

    Un ange me fasse rêver.

    Le départ d'une Mère

    Où chercher autant d'obligeance ? 

    Cette bonté sans nulle aigreur ? 

    Où retrouver tant d'indulgence 

    Pour pardonner à mes erreurs ?

    Le départ d'une Mère

    Ô mère tendre et bien aimée, 

    Voilà qu'on ne me verra plus 

    Couronnée de ta renommée 

    Et protégée par tes vertus.

    Le départ d'une Mère

    Lorsqu'en ma pénible carrière 

    Je chancelais sur le chemin. 

    Pour me soutenir, bonne mère, 

    C'est toi qui me tendais la main.

    Le départ d'une Mère

    Près de toi s'allégeait ma peine, 

    Tu savais la faire oublier ; 

    Contre l'injustice et la haine 

    Tu me servais de bouclier.

    Le départ d'une Mère

    Car l'homme, en butte à la misère, 

    Peut tenir tête à ses revers 

    Alors que les bras d'une mère 

    À ses maux sont encore ouverts.

    Le départ d'une Mère

    Mais la mienne quitte une scène 

    Dont Dieu vient de me la retirer : 

    Sa mort est la première peine 

    Que sans elle je vais pleurer.


     

    Le départ d'une Mère

    une belle journée de bonheur avec maman et papa

    (les petits points rouges sur ma robe sont de petites roses)

     

     

     

     


    4 commentaires
  • IMMORTELLE SOLITUDE

    Eternelle Solitude

    Eternelle Solitude

    Un beau jour, elle frappe à ta porte

    Et comme tu as le coeur léger,

    Tu lui ouvres, puis que t'importe

    Tu l'invites à te rencontrer

    IMMORTELLE SOLITUDE

    Tu l'attendais, c'était fatal

    Elle te guettait dans tes pensées.

    C'est une grande erreur

    De croire qu'elle pouvait t'oublier

    IMMORTELLE SOLITUDE

    La voilà, sans crier garde

    Elle s'installe à tes côtés.

    Tu ne vas crier victoire,

    Les jours de paix sont arrivés.

    IMMORTELLE SOLITUDE

    Elle te parle à demi mots,

    Mais tu es bien trop fatiguée

    Pour monter contre elle un complot.

     Tu préfères la regarder.

    IMMORTELLE SOLITUDE

    Comme une amie, comme une complice,

    Dans ta vie elle va se glisser.

    Mais ce n'est pas avec délice

    Que l'habitude va s'installer.

    IMMORTELLE SOLITUDE

    Elle te suivra jusqu'à ta mort

    Même en enfer, elle peut aller.

    Et pour qu'elle survive encore,

    Un autre corps ira trouver.

    Elle se nomme : Solitude

    IMMORTELLE SOLITUDE


    2 commentaires